Le chamelier fou

“Mais il y a des chameaux en Australie?!! Ah ah ah!!!!”

Ceci étant la première réaction à l’évocation du travail de Clem Choucha (et maintenant de Julie aussi!), on s’est dit qu’un petit point historique s’imposait.

Alors, comment se fait-il qu’il y ait des chameaux en Australie?

Le premier chameau à poser la patte sur le sol Australien a débarqué du Moyen-Orient en 1860. A cette époque, l’Australie commençait à peine à se développer et c’était la période de la ruée vers l’or. Comme en Europe, les colons utilisaient des chevaux pour leurs trajets et chantiers. Malheureusement, la nature australienne étant très hostile (climat, animaux sauvages, très longues distances à parcourir), les chevaux se tuaient littéralement à la tâche.

Les colons décidèrent alors de changer de stratégie et invitèrent des milliers d’étrangers à rejoindre l’Australie avec leurs troupeaux de chameaux (Afghans, Pakistanais, Indiens, Arabes, …). Ils savaient ces animaux capables de transporter plus de 600 kg sur leur dos et de parcourir 100 km par jour sans boire ni manger.

Ainsi, pendant des dizaines d’années, les chameaux participèrent à la construction des réseaux ferroviaire et télégraphique à travers tout le pays. A Broome, ils furent d’une aide très précieuse dans l’industrie perlière (aujourd’hui encore, Broome reste la ville produisant le plus de perles au Monde, avec plus de 50% de la production mondiale chaque année, ndlr).

The French Odyssée - Le chamelier fou

En 1903, le « White Australia Act » est voté, avec pour but de ne garder sur le territoire que des gens de race blanche (Et oui. C’est beau ce qu’on apprend chaque jour sur l’histoire de ce pays, vous verrez…). Ainsi, les chameliers originaires du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord ont été contraints de choisir entre payer des taxes excessives pour continuer leur business ou bien abattre leurs troupeaux et quitter le pays. La plupart décidèrent alors de laisser échapper les chameaux dans la nature et de rentrer chez eux. Mais au lieu de dépérir, les chameaux, adaptés à survivre dans des conditions extrêmes, se sont multipliés jusqu’à être maintenant près de 500.000 dans le désert central du pays. L’Australie est désormais le pays comptant la plus importante population de dromadaires au Monde (et oui Mesdames et Messieurs!).

The French Odyssée - Le chamelier fou

“Bon, mais concrètement, en quoi consiste ton boulot Clem Choucha?!”

Lors de la préparation de notre roadtrip, nous nous étions renseignés sur les boulots qu’il était possible de faire en chemin, et j’avais noté dans un coin de ma tête qu’il était possible de travailler avec des chameaux à Broome (enfin, des dromadaires, mais bon c’est le même mot en anglais #manquedevocabulaire). Je pensais qu’avec un CV de vétérinaire, je n’aurais aucun mal à être embauché une fois sur place et j’avais très envie de tenter ma chance. Comme expliqué dans le fabuleux article précédent, mon intégration au sein d’une des compagnies n’a pas été si simple. Mais désormais ça y est, je suis chamelier chez Broome Camel Safaris!

Ce travail est à la fois très simple et très difficile. Au total, la propriétaire possède 39 chameaux, dont 16 qui sont entraînés pour faire les balades sur la plage. Je dois me rendre tous les jours à la ferme afin de les brosser, les atteler, puis les attacher à la queue leu-leu ; tout cela prend environ 1h. Ensuite, tout le monde prend sa douche, enfile sa tenue de travail (=short, tongs, polo Broome Camel Safaris, casquette) et c’est parti pour le semi-marathon. Quatre kilomètres séparent la ferme de la plage où nous attendent les clients, qu’il faut donc parcourir à pied avec les chameaux (un client m’a déjà demandé comment on faisait… “euh, on leur fait prendre le bus?!” *soupir*).

A l’arrivée sur la célèbre plage de Cable Beach, nous faisons s’asseoir tous les chameaux, en ligne sur le sable. Puis nous invitons les clients à venir à leur rencontre, en leur racontant 2-3 anecdotes et répondons à toutes leurs questions. Matt le Manager fait ensuite un speech face aux clients, afin de présenter l’équipe et d’expliquer comment monter sur la selle. Après qu’il a attribué un chameau à chacun, nous les aidons à monter sur les chameaux et à surtout ne pas tomber lorsque ceux-ci se lèvent. Enfin, la balade peut commencer!

Il existe 3 différents types de balades :

– le matin à 8h : balade de 45 min (= 3km)

– le début d’après-midi : une ou deux balades de 30 min (= 2km)

– le coucher de soleil : balade d’1h (= 4km)

The French Odyssée - Le chamelier fou

Lors des marches, chacun a son propre job. Deux d’entre nous, “guides touristiques” à proprement parler, discutent avec les clients et leur racontent la vie des chameaux, leur histoire, ou parlent plus généralement de Broome ou de l’Australie. Un autre est chargé de conduire le cortège sur la plage et tient donc la longe du premier chameau : Moostve. Enfin, à l’arrière, le dernier est chargé de surveiller que tout se passe bien, qu’il n’y ait pas d’enfants/chiens/Australiens saouls (Hm, ne serait-ce pas un pléonasme?) s’approchant trop près et pouvant effrayer les chameaux. Ce poste consiste également à ramasser le caca de chameau sur la plage (normalement, toutes les compagnies doivent le faire car les chameaux sont considérés au même titre que les chiens comme animaux de compagnie sur la plage, ndlr). C’est ce dernier poste que j’occupe depuis plus de 2 mois : très physique car je me baisse pour ramasser ce qu’il y a au sol plus de 500 fois par jour et souvent exaspérant car les voitures et ou les enfants mal élevés ont du mal à comprendre qu’ils peuvent effrayer les chameaux. Mais récemment, je me suis enfin lancé pour faire quelques tours en tant que guide. Stressant, car je dois parler à 9 chameaux (enfin, les gens sur les chameaux!) en même temps et surtout comprendre leurs différents accents.

Lorsque les balades sont terminées, nous ramenons les chameaux à la ferme (re-4 km) en pleine nuit et on les désatelle un par un, avant de les nourrir.

En résumé, cela fait quelques bonnes journées de boulot surtout lorsqu’on a des “matins” (5h30-10h30 puis 13h-19h30), mais surtout pas mal de kilomètres parcourus chaque jour (entre 12 et 20 km par jour)!

The French Odyssée - Le chamelier fou

“Et toi alors Julie, comment tu as fait pour avoir ce nouveau boulot?????????”

Pour ceux qui n’auraient pas suivi (c’est pas bien de ne pas nous suivre sur facebook :p), j’ai effectivement décroché un dream job : photographe chez Broome Camel Safaris. Comme certains le savent, j’aime beaucoup la photo, sans pour autant m’auto-considérer comme photographe.

Avant notre départ en Australie, nous avons acquis un appareil photo Reflex Canon (spéciale cassdédi à PM, tout ça c’est un peu grâce à toi hein!), après moultes tergiversations. A peine arrivés à Dubai, nous nous sommes félicités de ce choix! La qualité des photos était incomparable.

Lorsque Clem Choucha a été embauché chez les chameaux, il a attendu d’être assez à l’aise pour demander au photographe Paul si je pouvais traîner dans ses pattes pendant mon temps libre (ce qui signifiait un aprèm par semaine!) pour apprendre des astuces. J’ai finalement passé pas mal de temps avec lui et Matt (le Manager, ndlr), lui aussi passionné de photo (en vrai, le mec est une star sur Instagram, cliquez ici pour voir sa galerie). Sachant Paul sur le départ (il s’apprête à parcourir l’Europe en vélo pour récolter des fonds au profit de la mucoviscidose. D’ailleurs, si vous voulez l’aider, cliquez ici. Pour voir sa galerie, cliquez ici), j’ai réussi à oser lui dire : “je veux ton job!” Il est parvenu à convaincre sa boss que j’étais sérieuse et honnête (car elle doit me faire confiance sur l’argent récolté chaque jour) et POUF, j’ai été prise! J’ai donc gardé mon job au Deli de 7h à 13h mais quitté mon job de serveuse le soir pour être libre.

The French Odyssée - Le chamelier fou

L’excitation a très vite laissé place au stress (ben oui, c’est moi!!), car il me restait une semaine avec Paul pour tout apprendre avant de me retrouver à tout gérer seule. Le job consiste à récupérer le 4×4 tout équipé (imprimante photo, ordinateur, etc.) chez la boss et me rendre sur la plage pour la première balade. Juste avant le speech de Matt, je dois faire mon propre speech devant les clients (L’HOR-REUR. La première fois, j’ai eu un blanc et Paul a dû venir à ma rescousse, et il a eu aussi un blanc… #teamdechoc), puis je prends des photos de ceux qui le souhaitent avant la promenade.

Ensuite, j’ai 30 min pour imprimer les photos et les préparer à la vente. Je profite de ce temps pour donner quelques leçons de Français à Matt ; hier, il a appris à dire “je suis sapé comme jamais”.

The French Odyssée - Le chamelier fou

Mais la tâche la plus importante a lieu pendant la balade du coucher de soleil. Je dois prendre, en plus, des photos des clients lorsque les chameaux se lèvent (fou rire garanti) et j’ai 30 min pour préparer des clés USB et des impressions. Ensuite, je prends le 4×4 et fonce rejoindre la file de chameaux à 2 km de là (en prenant soin de ne pas écraser les nudistes), et commence alors mon marathon : je dois prendre plusieurs types de photos (environ 6, différents angles, luminosité, …). En résumé, je cours, je shoote, je cours, je conduis, je cours je shoote, je cours, …. Puis je rentre en sueur et pleine de sable pour mettre ces photos sur les clés USB.

Mes débuts toute seule ont été très angoissants car je ne suis qu’une débutante et Paul faisait ce boulot depuis 2,5 ans! Mais finalement, le fait de photographier tous les jours les mêmes choses (bien que chaque coucher de soleil soit différent), permet de s’améliorer très rapidement et je m’amuse maintenant à tenter d’obtenir la plus belle photo EVER.

The French Odyssée - Le chamelier fou

Désormais, Clem Choucha et moi passons tous nos après-midi sur la plage. Nous n’avons pas trop le temps de nous parler mais nous apprécions tous les jours les plus beaux couchers de soleil d’Australie. Plutôt cool non?!

logo-cheers-noir

Fun Fact : les bosses des chameaux et dromadaires contiennent de la graisse, et non de l’eau comme beaucoup le pensent. Il s’agit de l’endroit privilégié pour l’accumulation du gras, ce qui explique que ces animaux soient toujours fins et élancés.

The French Odyssée - Le chamelier fou

Rendez-vous sur Hellocoton !

Laisser un commentaire