Roadtrip #8 : From Broome to Katherine

Lors de notre départ de Broome, il était un peu triste de quitter les quelques potes qu’on avait et pour Clem Choucha de se séparer de ses chameaux (désormais il lit des thèses sur la physiologie des Camélidés…). Mais selon moi, il était temps de partir. Depuis que Caro, une amie de France, nous avait rendu visite et que nous avions roadtrippé avec elle dans la péninsule de Dampier, je me rappelais à nouveau le but de notre voyage en Australie : explorer et découvrir. J’ai réalisé qu’après 5 mois de travail à Broome, nous étions tout simplement retombés dans une routine, certes très agréable. Quoi qu’il en soit, avec l’arrivée du Wet (saison des pluies avec des températures avoisinant les 45°C et une humidité ambiante à 98%), la ville se vidait peu à peu de ses travailleurs et se transformait en désert bouillant et poisseux. Le moment était donc opportun pour partir.

Il est marrant de constater à quel point notre façon de voyager a déjà changé ; nous sommes beaucoup plus efficaces sur certains points (ex : ne pas faire les courses de nourriture comme si on allait vivre une guerre) et plus relax sur d’autres (ex : ne pas prévoir 1 mois à l’avance notre itinéraire détaillé). Nous nous sommes délestés de beaucoup d’objets inutiles (bouilloire, grille-pain, 1000 sacs plastiques « au cas où ») et le Van est bien mieux organisé (et ça, on AIME). Nous sommes même capables de monter notre lit en moins de 2min chrono (sans que Clem Choucha ne râle, sisi)!

The French Odyssée - From Broome to Katherine

Nos grands objectifs après Broome étaient le Centre Rouge, puis le Nord Queensland, plus précisément la forêt humide de Daintree. Mais le séjour de 5 mois non prévu à Broome ayant retardé notre départ pour l’Est, cela amenait notre arrivée au Nord de Cairns en pleine saison humide. S’en sont suivies 1000 questions pour savoir si le climat y serait alors si catastrophique, ou si nous pouvions prendre notre temps, ou s’il fallait sauter telle partie pour arriver plus tôt, etc. Après avoir récolté plusieurs avis, tous bien sûr divergents, nous avons décidé de faire selon nos propres envies. Aux vues de nos priorités, nous avons décidé de ne pas passer par Darwin et ses deux grands parcs nationaux Kakadu et Litchfield. Après tout ce que nous avons vu à l’Ouest et sur la célèbre Gibb River Road qui traverse le Kimberley (oui, les articles viendront, un jour, promis) et comparé avec des photos de Kakadu/Litchfield, nous avons décidé que la « perte » de temps pour parvenir jusque là-haut ne valait pas assez le coup (ça nous fera une excuse pour revenir dans cette partie du Monde un jour).

Après 1114 km à 90 km/h et 2 jours de route sous 40°C (température extérieure, soit HORS du Van, qui n’a pas de clim et est bleu marine, ndlr. Nous voyagions donc en maillot de bain), notre premier arrêt post-Broome a été Lake Argyle. La grande beauté magnifique phénoménale de ce lac nous a été maintes fois vantée par des Australiens, notamment pour sa piscine à débordement (aujourd’hui, après plusieurs « recommandations » australiennes, nous savons que s’ils vantent quelque chose comme MAGNIFAIK, nous les trouverons parfois « mouais, ça casse pas trois pattes à un canard». Cela concerne surtout les écrivains australiens du Lonely Planet).

A notre arrivée au coucher de soleil, la vue sur le lac depuis la piscine à débordement était effectivement superbe (les roches rouges de l’Ouest, c’est jamais dégueu!). Hormis cela, c’était un grand lac entouré de montagnes, avec dans le camping une piscine telle qu’il y en a dans toutes les maisons de la côte d’Azur… (Ceci n’est que mon avis personnel auquel Clem Choucha ne s’associe pas. C’est sûrement parce qu’il n’a pas grandi à Grenoble qu’il est encore ébloui par les lacs de montagne. #TellementBlaséeLaMeuf). Quoiqu’il en soit, nous étions tout deux d’accord que 24h suffisaient amplement.

The French Odyssée - From Broome to Katherine

Nous avons ensuite traversé notre première frontière inter-état et sommes arrivés à Katherine, dans le Territoire du Nord, dont nous avions tout de même décidé d’explorer les alentours. Le Nitmiluk National Park, non loin de là, abrite une immense gorge – la Katherine gorge – et des chutes d’eau relativement célèbres – les Ediths Falls. Nous avons surtout été marqués par le changement total de décor, par rapport à nos habitudes du Nord Ouest : tout est vert! Exit la poussière rouge et les palmiers tropicaux. Bonjour la végétation haute, verte et en bonne santé ; ici, les plantes n’ont pas soif.

Nous avons trouvé ce parc parfait, pour nous remettre dans l’ambiance roadtrip : randonnées longues mais faciles, jolis paysages, nombreuses explications sur la culture des Aborigènes locaux. Et puis, qu’il est facile de voyager dans le Territoire du Nord! Tous les campings ont de l’eau potable et des douches CHAUDES (oui, vous avez bien lu), tous les campings ont des cuisines avec frigo/bouilloire/micro-onde (whaaaaaaaat?!), tous les campings ont des vraies toilettes et pas juste un trou qui sent à 1 km (ceci est volontairement exagéré pour l’emphase).

The French Odyssée - From Broome to Katherine

Néanmoins, c’est à Katherine que j’ai pour la première fois repensé à une phrase entendue auparavant. Sur la côte Ouest, nous avions rencontré un couple de Belges fort sympathiques, qui avaient déjà parcouru presque toute l’Australie. En leur demandant leurs avis sur tel ou tel lieu, le garçon avait dit « in the end, a waterfall is a waterfall » : « en fin de compte, une cascade c’est une cascade ». Sur le moment, j’avais trouvé ça un peu choquant qu’il soit aussi blasé d’un pays qui moi m’émerveillait (on y était depuis seulement 6 semaines). Aujourd’hui, je comprends ce qu’il a voulu dire. En ce qui me concerne, après avoir vu tous les types de cascades possibles dans le Kimberley, j’ai trouvé les Ediths Falls « pas mal ». Après avoir vu les sublimes gorges de la Gibb River Road et d’autres ailleurs (gorges de l’Ardèche, poup poup), j’ai trouvé la Katherine gorge « jolie ». D’aucuns diraient que je suis blasée et trop pourrie gâtée par mes voyages. Je dirais moi que désormais je hiérarchise différemment les choses que je vois, bien que je sois encore capable de m’extasier. Je pense que ce processus est normal et je ne me sens plus coupable de ne pas tout trouver FA-BU-LEUX.

The French Odyssée - From Broome to Katherine

Clem Choucha n’en est pas encore à ce stade, mais il y vient (tellement un travel-novice celui-là #tropmignon). Pour sa part, il a été sujet une seule fois à un sentiment de déception, lié à de trop grandes attentes. En effet, la région de Katherine est également réputée pour ses Hot Springs ( = sources d’eau chaude naturelle). L’idée d’une eau à 32°C entourée de végétation luxuriante et exempte de crocodile lui paraissait magique. Pourtant, une fois sur place, il ne se sentait pas à l’aise, car on nage quand même dans une vraie rivière dans une région infestée de crocos, car il y a quand même des enfants mal élevés qui hurlent comme dans une piscine municipale (ah non pardon, ça c’est moi que ça dérange), car les sources thermales ont forcément une forte odeur de souffre, car tous les guides touristiques nous vantent l’endroit comme le lieu de tournage du SUPER CONNU We of the Never Never, livre et film dont on n’a JAMAIS entendu parlé car absolument inconnus hors d’Australie (comme si on vantait à l’internationale une station de ski uniquement parce qu’il y a eu Les Bronzés…). Bref!

Quoi qu’il en soit, contrairement à ce qu’on pourrait penser en lisant cet article, nous ne regrettons absolument pas notre passage à Katherine. C’était beau et surtout très différent.

Tout ne peut pas être toujours « à couper le souffle » et heureusement sinon on finirait par ne plus rien apprécier à sa juste valeur. Nos expériences nous ont montré que chaque lieu est apprécié différemment par les gens. Nous choisissons de livrer notre ressenti honnête et personnelle des choses, au lieu de faire miroiter une réalité alternative idéalisée telle celle décrite dans les guides touristiques.

logo-cheers-noir

Fun Fact : avec un volume 18 fois supérieur au port de Sydney, Lake Argyle est le deuxième plus grand réservoir d’eau de l’Australie. Il fait de la région de Kununurra un lieu privilégié pour l’agriculture.

The French Odyssée - From Broome to Katherine

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 Replies to “Roadtrip #8 : From Broome to Katherine”

  1. Je suis toute émue d’avoir lu mon nom :), j’ai bien failli verser une petite larme. Et ravie de vous avoir « sortis de la routine » ou presque. A part ça j’ai toujours autant souris en lisant l’article et ça me rappelle de bon souvenirs. Once again Miss U, mais éclatez vous. Ma seule petite satisfaction égocentrée : avoir vu quelques trucs avant vous (même si c’est infime).
    Pleins de bisous

    Ps : par contre Val d’Isère c’est effectivement connu internationalement 😉

    1. Ah! Oui mais Val d’Isère n’est pas connu pour les Bronzés. Mais vois-tu, j’avais vérifié auprès de l’expert es-films français (Clément) pour savoir le nom de la station, et il m’a répondu « elle est fictive »… Depuis, je checke mes sources moi-même 😉

Laisser un commentaire